Tour d’horizon hebdomadaire

Voici les nouvelles qui ont retenu mon attention cette semaine :

  • Dans un texte publié récemment dans les pages du quotidien Le Devoir, l’auteure québécoise Michelle Chanonat s’éleve contre la gratuité dans les arts, qu’il s’agisse de demander aux artistes de s’exécuter sans rémunération ou d’offrir des places gratuites à des spectacles. «Puisque le billet ne coûte rien, il n’y a aucune obligation. Si on l’avait acheté, neige ou pas, on se rendrait au spectacle, écrit-elle. Quand un spectacle, pour bien des raisons, ne trouve pas son public, les théâtres font du remplissage, à savoir distribuer les billets par lots de 15 à des groupes communautaires, organiser des tirages et des concours sur les réseaux sociaux. Là encore, l’objectif est louable et les intentions sont à peine déguisées. Mais asseoir des gens devant un spectacle dont ils ne connaissent parfois même pas le titre, quel intérêt ?» Je suis assez d’accord avec Mme Chanonat. Je n’encourage jamais mes clients à offrir des billets gratuits pour les raisons évoquées ci-dessus. Par contre, la distribution de billets à des groupes cibles peut être une bonne façon de diversifier vos publics, en autant qu’il s’agisse d’une démarche stratégique et non d’une vente de débarras.
  • Le directeur du New Citizenship Project, Jon Alexander, invite les organismes culturels à modifier leur vocabulaire et à ne plus utiliser les mots consommateurs et consommatrices pour désigner leurs clientèles. Il leur recommande plutôt d’employer les termes citoyens, participants, amateurs ou gens. Pourquoi ? «Quand vous pensez à des personnes comme des citoyens, vous ouvrez toutes sortes de possibilités, dit-il. Alors que les consommateurs ne peuvent qu’acheter, les citoyens peuvent participer à votre cause de différentes façons. (…) Si les gens sont considérés comme des consommateurs, vous devez leur fournir un service habile, ne jamais leur montrer votre travail, et essayer de leur vendre autant de choses que possible. Si les gens sont des citoyens, des participants potentiels, leur montrer votre travail est une bonne idée, cela leur permet de voir combien votre motivation est grande et leur offre la possibilité de jouer un rôle actif en vous aidant d’une certaine manière, (en travaillant) avec vous sur des projets de sensibilisation, ou quoi que ce soit d’autre.»
  • Sur la scène musicale, des artsites préfèrent maintenant réaliser de mini-albums (EP), plutôt que de se lancer dans la production d’albums traditionnels. «Le EP permet d’intéresser le public sans dévoiler tout ton matériel. Tu peux bâtir une stratégie en sortant régulièrement quelque chose de nouveau», indique le cofondateur de Costume Records, William Rondeau.
  • Voici trois composantes de l’expérience client liées à la fidélisation : 1) Écoutez : prenez les mesures nécessaires pour faciliter vos communications avec vos clientèles en temps réel ; 2) Apprenez : analysez les commentaires reçus et transformez vos conclusions en indicateurs de rendement que vous partagerez avec tous les membres de votre organisation ; 3) Agissez : donnez aux membres de votre équipe le mandat de mettre en œuvre vos nouvelles mesures et de vous aviser si des ajustements sont nécessaires.
Developpez votre auditoire

Partagez ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>