8 leçons tirées de la campagne libérale fédérale qui devraient vous intéresser

La plus récente édition du magazine L’actualité (1er décembre 2015, vol. 40, no. 17) contient un article, signé par Alec Castonguay, qui devrait intéresser les artistes et les gestionnaires d’organismes artistiques et sportifs désireux de rejoindre de nouveaux publics. M. Castonguay y explique comment les libéraux fédéraux ont remporté la récente campagne électorale. Il rappelle qu’au début de la campagne, au mois d’août 2015, les libéraux de Justin Trudeau se trouvaient en troisième position, derrière les néo-démocrates et les conservateurs. Au fil d’arrivée, le 19 octobre dernier, les libéraux obtenaient un gouvernement majoritaire. Commnt y sont-ils parvenus? J’adapte les 8 constats de M. Castonguay pour vos besoins.

  1. Les libéraux ont profité de la longue période électorale (78 jours) pour «faire une campagne plus près des gens». Le temps a permis aux électeurs d’apprendre à mieux connaître M. Trudeau. Il s’est prêté à un nombre incalculable de prises d’égoportraits avec de nombreuses personnes qui les ont diffusés ensuite sur les réseaux sociaux (une pratique qu’il maintient encore). M. Trudeau est alors apparu comme un chef plus aimable, plus facile d’accès que le premier ministre conservateur sortant, Stephen Harper, qui répondait à peine aux questions des journalistes et s’adressait surtout aux membres de son parti plutôt qu’à la population en général. Leçon à tirer de cette approche : rapprochez-vous des clientèles que vous courtisez. Surtout, soyez patients. Il n’y a pas de solution miracle au développement de publics. C’est plutôt une question de dévouement, de persévérance et de proximité.
  2. M. Trudeau a surpris les gens. Il a surpassé les attentes qu’ils avaient de lui et s’est ainsi démarqué de ses adversaires. Leçon à tirer de cette approche : surprenez vos clients. Faites preuve de générosité et de gentillesse au moment où ceux-ci s’y attendent le moins.
  3. M. Trudeau s’est efforcé de projeter une image positive et rassembleuse. Leçon à tirer de cette approche : laissez de côté le discours «manque à gagner» qui caractérise le milieu des arts et de la culture. Parlez plutôt de vos réalisations et de vos bons coups. Les gens s’associent aux gagnants, aux personnes et aux entités qui contribuent activement à la qualité de vie de leur milieu.
  4. Tous les candidats libéraux se sont prêtés à un processus ouvert d’investiture, ce qui les a obligés à apprendre à connaître les membres locaux du parti et leurs circonscriptions. Leçon à tirer de cette approche : la transparence est plus payante que l’opacité. Ouvrez une fenêtre sur votre processus créatif, sur vos préparatifs en prévision d’une compétition. Plus les gens en apprendront sur votre travail, plus ils s’y intéresseront.
  5. Les libéraux ont adopté une position claire sur le port du niqab qu’ils ont répétée partout au pays. Leçon à tirer de cette approche : ayez un discours constant et, surtout, n’hésitez pas à tisser des liens entre votre travail, votre organisation et les événements d’actualité. Vous démontrerez ainsi que votre travail n’est pas désincarné du milieu dans lequel vous vivez.
  6. Pendant que leurs adversaires s’engageaient envers la préparation de budgets équilibrés, les libéraux préconisaient l’adoption de quelques budgets déficitaires pour réinvestir dans les infrastructures publiques. Ils ont osé se distinguer en incarnant le changement. Leçon à tirer de cette approche : osez à votre tour. Distinguez-vous pour qu’on s’intéresse à vous.
  7. La plateforme électorale libérale s’expliquait en quelques mots et était donc facile à comprendre et à répéter : baisse d’impôts pour la classe moyenne, hausse des impôts des mieux nantis ; dépenser pour retaper les routes, le transport en commun, les arénas, etc. Leçon à tirer de cette approche : vos messages et vos présentations sont-ils clairs et limpides? Les gens qui se trouvent à l’extérieur de votre cercle d’initiés sauront-ils comprendre vos intentions?
  8. Les libéraux ont eu recours à des bases de données, aux réseaux sociaux, à des appels téléphoniques et à des rencontres avec leurs sympathisants pour apprendre à les connaître et pour communiquer avec eux. Ils ont encadré le travail de leurs bénévoles. Ils ont fait sortir le vote. Leçon à tirer de cette approche : votre base de données est-elle à jour? Contient-elle des renseignements qui vous permettraient de personnaliser vos communications auprès de vos clientèles? Connaissez-vous vos clients? Leur parlez-vous? Si vous méconnaissez vos publics, voici venu le temps d’aller à leur rencontre.
Developpez votre auditoire

Partagez ce billet

Cet article a 1 commentaire(s)

  1. Pingback: Leçons tirées de la course à la mairie de Montréal | Developpez votre auditoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>