À propos de l’ouverture à la diversité

J’assistais hier soir (4 février 2020) à un panel de discussion sur le thème L’approche culturelle liée à la féminité noire à l’occasion de la présentation de la nouvelle production Manman la mer, de Djennie Laguerre, à La Nouvelle Scène Gilles Desjardins d’Ottawa.

J’ai pris en note certaines affirmations de Djennie et de sa complice Sara Rénélik qui ont un lien avec le développement de publics. Les voici :

  • S’ouvrir à la diversité ne signifie pas qu’on se limite à l’accueil de nouvelles personnes. C’est aussi accueillir des cultures, des langues (le créole, le lingala, le wolof, etc.) et des accents issus de la grande famille francophone.
  • L’ouverture à la diversité dépend bien souvent de l’ouverture d’esprit de particuliers. Lorsque ces personnes passent à autre chose, il arrive parfois que cette ouverture se referme.
  • Djennie racontait à ses amies qu’elle allait se produire dans un lieu de diffusion bien connu. Ces dernières en ignoraient l’existence. Leur réaction : « Ce lieu ne présente rien pour nous. Pourquoi doit-on y aller ? »
  • Les artistes issus de la diversité se dotent de leurs propres plateformes de diffusion s’ils ne peuvent compter sur les plateformes existantes.
  • Ces nouvelles plateformes permettent aux communautés concernées de célébrer leur culture. Sara a affirmé que l’intégration est plus facile lorsqu’une personne ou une communauté gagne d’abord confiance en soi pour aller ensuite à la rencontre de l’autre.
  • Les arts peuvent favoriser une rencontre entre les cultures, entre les gens.
  • Pour réussir, l’ouverture à la diversité doit être soutenue plutôt que sporadique.

Vous trouverez une captation intégrale de cette discussion sur la page Facebook de La Nouvelle Scène Gilles Desjardins (en date du 4 février 2020).

Developpez votre auditoire

Partagez ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *