Voici pourquoi j’ai choisi de m’investir dans le développement de publics pour les arts

Je crois à l’importance des arts. Je sais que les arts peuvent influencer le cours d’une vie, façonner l’identité d’une communauté. Je sais ces choses parce que mon parcours a été forgé par les arts et que je vis dans une communauté qui se définit grandement par son dynamisme culturel.

Dès un jeune âge, mes parents m’ont initié aux aventures de Tintin. Cette découverte a soulevé en moi un intérêt pour la lecture (je me définis comme un grand lecteur) et le journalisme. Même si Tinitin n’a écrit qu’un seul article au cours de sa carrière de reporter (dans l’album Tintin au pays des Soviets), j’ai poursuivi des études en journalisme et travaillé dans ce domaine pendant quelques années. Aujourd’hui, je suis chargé de cours au programme d’Études journalistiques de l’Université de Sudbury.

J’habite justement dans la ville du Grand Sudbury (ON). Portés par la contre-culture et la Révolution tranquille québécoise des années 1960, de jeunes étudiants francophones de l’Université Laurentienne, intéressés aux arts, ont déterminé que l’Ontario français pouvait raconter ses propres histoires et chanter ses propres chansons sans avoir à se fier constamment aux répertoires québécois ou français. Ils ont fondé, au début des années 70, une compagnie de théâtre (Théâtre du Nouvel-Ontario), une maison d’édition (Édition Prise de parole) et un festival musical annuel (La Nuit sur l’étang) qui ont encore pignons sur rue. Leur dynamisme a entraîné la création d’une variété d’autres organismes artistiques non seulement à Sudbury, mais un peu partout en Ontario français.

Voilà pourquoi je crois en l’importance des arts. Voilà pourquoi j’ai décidé de m’investir dans le développement de publics pour les arts : afin qu’un plus grand nombre de personnes puissent être touchées par le travail des artistes, des producteurs et des diffuseurs, pour soulever la curiosité du public et lui donner le goût de découvrir de nouvelles choses, pour l’amener à faire des gestes qui auront un impact positif sur son entourage.

Ainsi, le développement de publics n’a pas uniquement pour but de vendre plus de billets ou de produits artistiques, mais plutôt de bâtir des communautés de gens qui s’engageront envers les arts.

Ma collègue, Diane Chevrette, et moi avons accumulé des expériences et des connaissances que nous mettons au service des artistes et des organismes artistiques désireux d’accroître leur rayonnement, de rejoindre et de fidéliser leurs clientèles courantes et potentielles. Nous ne les encourageons pas à dépenser plus d’argent, mais à le dépenser autrement. Nous priorisons la prise de contacts directs avec les gens qu’ils courtisent. De ce fait, en ayant recours à nos approches, nos clients peuvent accroître leur notoriété et leurs revenus.

Diane et moi aimons notre métier. Nous sommes disponibles pour vous en parler.

Developpez votre auditoire

Partagez ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *