N’attendez pas qu’une crise survienne pour mettre de l’avant vos valeurs

Trouvez de meilleures pièces ou vous perdrez des clients. Présentez plus de comédies et de polars. Laissez tomber la merde canadienne. Présentez plutôt des pièces américaines. Et laissez tomber celles à saveur ethnique.

Ce commentaire désobligeant et sans signature a été affiché récemment sur le babillard réservé aux spectateurs du Sudbury Theatre Centre (STC), la compagnie de théâtre professionnelle de langue anglaise de la ville du Grand Sudbury (ON). Puisque son auteur a préféré garder l’anonymat, le directeur artistique de la compagnie, Caleb Marshall, a décidé de lui répondre sur la place publique en publiant une lettre dans un hebdomadaire local, partagée sur les réseaux sociaux, et en accordant une entrevue à la CBC.

Caleb a profité des circonstances pour rappeler à cette personne et à la population que le STC allait maintenir son engagement envers la présentation d’œuvres canadiennes et demeurer un diffuseur d’arts de la scène représentatifs d’une communauté diversifiée. Oh, et la compagnie n’hésitera pas à insérer occasionnellement des pièces d’auteurs américains.

Nous devons raconter nos histoires, a-t-il écrit. Nous devons nous retrouver parmi toutes les autres histoires en provenance d’un peu partout dans le monde. Non seulement pour en ressentir de la fierté, mais pour célébrer les expériences communes qui nous distinguent, mettre en valeur notre humanité partagée avec le reste de la planète et nous rappeler combien nous sommes chanceux d’être ici.

Caleb a su présenter en quelques phrases la vision qui guide ses choix artistiques. Mettre à l’affiche des spectacles de danse de compagnies autochtones professionnelles ? Produire une comédie qui se déoule dans le Nord de l’Ontario mettant en vedette une famille d’origine italienne ? Coproduire un spectacle avec son confrère francophone, le Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO) ? Pourquuoi pas, puisque le Grand Sudbury comprend des citoyennes et des citoyens issus des Premières nations, d’origine italienne et francophones, parmi d’autres. Sans oublier de programmer une comédie ou deux.

La sortie de Caleb a été très bien reçue. En agissant ainsi, le STC s’est fait sans doute de nouveaux alliés qui adhèrent à son point de vue et qui l’appuieront dorénavant.

C’est souvent au niveau des valeurs communes qu’on jette des ponts avec les gens, bien avant que votre programmation ou vos produits les interpellent. N’attendez pas de vous retrouver dans une situation comme celle du STC pour parler publiquement des valeurs qui sous-tendent votre travail.

Developpez votre auditoire

Partagez ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *